Contenu

Vous êtes iciAccueil » Vie du Campus


Droit du numérique : un M2 très en pointe

Campus - M2 Droit Numérique

Campus - M2 Droit Numérique

Le programme du cursus a été remanié, un M1 vient d'ouvrir. La formation, très innovante, est de plus en plus appréciée des employeurs.

6 décembre 2016 imprimer en PDF

Le marché de l’emploi est de plus en plus porteur pour les juristes dans les domaines de la cyber sécurité ou du e-commerce.  La protection des données personnelles et les questions de propriété intellectuelle sont notamment des sujets sensibles dans l'économie numérique. Le Master proposé à l’Université Toulouse Capitole forme des jeunes aptes à intégrer ces secteurs d’avenir. De futurs profesionnels capables de comprendre le langage des informaticiens tout en maîtrisant l’environnement normatif du numérique, le rôle des autorités de régulation et le contexte économique général.

« En travaillant dans un centre de documentation, je me suis retrouvée face à des commerciaux qui vendaient des services numériques à des bibliothécaires complétement dépassées. J’ai donc souhaité acquérir des compétences plus transversales, pour devenir consultant indépendant », raconte François, qui suit le M2 en formation continue. Kevin, en formation initiale, vient, lui, de l’univers des sciences sociales. « J’ai opté pour ce Master en raison de mon intérêt prononcé pour le numérique. La formation est excellente, aussi bien du côté des compétences en informatique que du lien avec les entreprises ».

Des cours d'informatique

Le M2 Droit du numérique, parcours Droit et numérique s’est d’abord appelé "Droit et Systèmes d’Informations des Réseaux" (DSIR), il y a 20 ans. Quand Céline Castets-Renard en a repris la direction pédagogique en 2008, la promotion comptait 9 étudiants. Le master a été rebaptisé "Droit et numérique", pour souligner la double compétence visée. « Nos désormais 21 juristes font de l’informatique avec des enseignants spécialisés dans la programmation et l’architecture des réseaux. Ils apprennent le vocabulaire, les contraintes techniques, et mettent les mains dans le cambouis, en plus de leur solide formation en droit du numérique », explique la responsable pédagogique.

Un Master 1 Droit du numérique a ouvert à la rentrée dernière, et accueille déjà 60 étudiants. Il débouche sur deux M2, un parcours intitulé « Droit et numérique », l’autre « Droit des médias et de la communication ». L’Université Toulouse Capitole devient ainsi la seconde université française à proposer un cursus complet dans ce domaine, après Paris-Saclay.

Approche pédagogique innovante

C’est en M2 que les étudiants approfondissent le thème des données personnelles. « On souhaite aussi leur donner le goût de l’entreprenariat, les faire sortir de l’université et les mettre en lien avec d’autres disciplines, comme le management de projets numériques enseigné à l’Université Toulouse Jean-Jaurès », précise Céline Castets-Renard.

Les étudiants de M2 sont mis en situation et incités à concevoir un objet ou un usage innovant, en menant à la fois étude de marché et étude des contraintes réglementaires et juridiques. Plusieurs heures de formation ont lieu au Fablab de Toulouse, avec un accès aux machines. Un groupe a choisi la réalisation d’un bracelet connecté pour sauver des vies. Un autre travaille sur la réimplantation de ruches écologiques en milieu urbain grâce à l’impression 3D. La Mêlée numérique récompensera en janvier ses trois coups de cœur, en les hébergeant dans son incubateur.

Financement IDEX

Cette approche pédagogique innovante a été rendue possible grâce à l’obtention d’un financement IDEX. Les étudiants du M2 Droit du numérique participent également à un projet d’aide aux start-up démarrant leur activité. « Nous souhaitons qu’ils soient critiques sur les usages du numérique, et en alerte sur l’univers des technologies en perpétuelle évolution. On ne leur apprend pas à être des geeks béats, mais à avoir une approche citoyenne, au-delà de leur qualité de juriste ».

En 2018, une directive européenne rendra obligatoire l’embauche, dans certaines structures, d’un délégué à la protection des données. Les juristes du numérique ont donc de beaux jours devant eux. La preuve, à la sortie du cursus, les étudiants trouvent rapidement un stage, qui débouche souvent sur un CDD ou un CDI. « Le nombre de candidats augmente chaque année. Cette formation a le mérite d’être à la pointe et porteuse », estime Lambert Murard, le président de l’association des Anciens et des Amis des Juristes du numérique. Tout juste diplômé, il se destine à une carrière d’avocat du numérique.


Céline Castets-Renard

 
Professeur de Droit Privé, Céline Castets-Renard co-dirige le Master 2 Droit du numérique.
Directrice adjointe de l’Institut de Recherche en Droit Européen, International et Comparé (IRDEIC) -
Centre d'excellence Jean Monnet, elle est Membre Junior de l'Institut Universitaire de France.

Larcier, 2015, et " Droit de l'internet : droit français et européen ", Montchrestien, 2012.
 

Pour aller plus loin

Présentation du M1 et du M2 Droit du numérique

Conférence "La régulation des plateformes : l'impact des réformes françaises et européennes sur les activités de Google" par Céline Castets-Renard, IRDEIC,  le 23 janvier 2017

Conférence "Le numérique : un atout ou une faiblesse dans la lutte contre le terrorisme ?" par le M2 Droit et Numérique - Association des Juristes du Numérique , le 3 février 2017

Colloque "Décryptage des enjeux de nouveau réglement Européen sur la protection des données personnelles" par l'IRDEIC, le 10 mars 2017
Universit� Toulouse 1 Capitole