Contenu

Vous êtes iciAccueil » Entreprise


Juristes au conseil d'administration : entreprises plus rentables

juristes.jpg

juristes.jpg

Simone Sepe démontre, par ses travaux de recherche, que la performance des entreprises est liée à la présence de juristes au conseil d'administration.

28 juin 2013 imprimer en PDF

 
Les avocats ont-ils pris le pouvoir ? La question, très sérieusement posée par le Financial Times début 2013, met en lumière les travaux d'une équipe de chercheurs de l'université d'Arizona, dont Simone Sepe, devenu directeur de programme à l'Institut des études avancées de Toulouse (IAST), laboratoire d’excellence pluridisciplinaire créé en 2011 au sein de l’Université Toulouse 1 Capitole.

Simone Sepe et son équipe ont eu comme objectif de comprendre les effets de la présence croissante des avocats dans les organes de direction des grandes entreprises américaines. Et ces effets sont loin d’être négligeables.

"Le monde des affaires s'est considérablement complexifié ces dix dernières années. Le droit privé et le droit public sont devenus beaucoup plus denses", explique Simone Sepe. La crise de 2008 a généré une littérature réglementaire très importante, afin de prévenir les erreurs du passé. Mais au delà de ce phénomène, il s’agit d’une tendance de fond. "Jusqu'à il y a quinze ou vingt ans, les entreprises manufacturières étaient prédominantes. Avec l'essor des sociétés de service, le capital immatériel et la propriété intellectuelle ont pris une nouvelle importance".

Ce changement de paradigme a donné un nouveau rôle aux avocats d'affaires, « désormais souvent plus influents que les ingénieurs ». Une montée en puissance qui se traduit dans les chiffres : la proportion des entreprises américaines ayant un avocat au sein de son conseil d’administration, est passée de moins de 25 % en 2000 à plus de 40 % en 2009.
 
Le nombre de litiges diminue

Disposer d'un ou plusieurs avocats au plus haut niveau semble avoir une incidence sur la performance de l'entreprise. "Ce que nous avons découvert est que la prise de risque est différente et plus efficace quand il y a un avocat au conseil d’administration de l'entreprise. Le risque de contentieux diminue de 94 %. Sans présence d'avocat, on constate une hausse des litiges, ce qui a un impact négatif sur la valeur de l'entreprise".

Dans les sociétés où les juristes participent pleinement au pouvoir, les revenus des directeurs exécutifs, globalement plus élevés, ont aussi une volatilité moindre, en raison de cette prise de risque plus limitée.

"L'apport des avocats d'affaires est important également en matière de régulation et de propriété intellectuelle. Leur connaissance particulière du droit peut être valorisée dans le capital de la société ", poursuit Simone Sepe. Au final, il remarque l'apport positif des avocats dans les organes de direction, "à condition que les comités soient bien équilibrés avec la présence d'ingénieurs et de banquiers. Ce sont là des compositions optimales".

Enfin, la dernière conséquence notable, et non des moindres, concerne les opérations d'acquisitions. « La valorisation des acquisitions dépend de la qualité des services juridiques des entreprises acheteuses et achetées », explique Simone Sepe qui planche sur les différentes interactions en la matière. Une publication est en projet pour le début de l'automne.
 

Simone Sepe

Directeur des programmes dans le domaine juridique à l’IAST, Simone Sepe est titulaire de deux doctorats de droit et d’économie. Ses travaux portent en particulier sur la gouvernance des organisations la finance d’entreprise et la théorie des contrats.
Une synthèse de sa recherche

IAST

L’Institut d’Etudes Avancées de Toulouse (Institute for Advanced Studies in Toulouse- IAST) a pour ambition de gommer les frontières entre les disciplines en réunissant des chercheurs du monde entier, compétents dans les différentes sciences sociales, et en favorisant des interactions entre leurs approches. www.iast.fr

Universit� Toulouse 1 Capitole
En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies