Contenu

Vous êtes iciAccueil » Vie du Campus » Une


Langues étrangères : des offres pédagogiques de plus en plus diversifiées

Campus_CRL.jpg

Campus_CRL.jpg

Le Département des langues et civilisations de l’université propose de nombreuses ressources aux étudiants et aux enseignants : modules accessibles à distance, outils en libre accès, enseignements de spécialités, cours intensifs,... Tour d’horizon.

19 mars 2021 imprimer en PDF

Profiter de la pandémie, avec ses temps confinés, ses sorties impossibles, pour améliorer gratuitement son niveau en langues étrangères ? C’est le choix qu’ont pu faire les étudiants de l’université Toulouse Capitole les plus motivés.

Certains ont tiré parti des modules de formation à distance, proposés via une plateforme numérique depuis une dizaine d’années par l’université. D’autres -ou parfois les mêmes !- ont participé à des ateliers de conversation toujours gratuits, organisés exceptionnellement en ligne par le Centre de ressources en langues (CRL) qui les propose en « présentiel » dans les périodes habituelles.

Espace multimédia

Ouvert en 2007, ce Centre de ressources en langues, dédié à l’autoformation, offre de très nombreuses autres ressources en libre accès dans ses locaux de la Bibliothèque universitaire. Les étudiants y trouvent des podcasts, des titres de la presse étrangère, des documentaires, des quiz, ainsi que des publications scientifiques. C’est aussi un lieu de rencontre avec les étudiants étrangers. En anglais, un club de théâtre ainsi qu’un atelier d’analyse filmique ont même été créés.

Beaucoup d’étudiants viennent également au CRL pour y tester leur niveau ou se préparer à une certification internationale : examen de Cambridge, diplôme espagnol langue étrangère, TOEIC, TOEFL, Linguaskill, ...

L’offre du centre concerne huit langues : anglais, espagnol, allemand, mais aussi portugais, arabe, russe, chinois et japonais. Des ressources existent également pour le français langues étrangères (FLE), un atout précieux pour les 450 étudiants étrangers accueillis chaque année à l’université. Deux fois par an, des soirées internationales, ponctuées de jeux, sont d’ailleurs organisées. Des médiateurs linguistiques assurent dans tous les cas un accueil personnalisé.

Un enseignement adapté aux filières d’études

« On a fait un énorme bond qualitatif ces dix dernières années, surtout en anglais et en espagnol », affirme Michel Martinez, le directeur du Département des langues et civilisations. Des parcours bilingues « droit et anglais », et « droit et espagnol », sont notamment proposés depuis 2008. Des groupes de niveaux ont été créés dans chaque filière d’études. La mise en place d’un enseignement en langues « de spécialité » permet par ailleurs une meilleure préparation à l’entrée dans la vie active.

« Les étudiants de L2 et L3 de droit peuvent par exemple se perfectionner en anglais juridique. Les L1 de droit bénéficient, pour leur part depuis cette année d’une plateforme avec des exercices automatisés, en anglais et en espagnol juridiques. Ils travaillent en autonomie depuis chez eux et sont évalués plusieurs fois dans le semestre », précise Michel Martinez.

Les étudiants qui préparent un séjour d’étude ou un stage à l’étranger peuvent aussi profiter de stages intensifs de plusieurs jours en allemand, anglais, espagnolou catalan, grâce au Service Commun des Relations Européennes et Internationales.

Enfin, la formation des personnels a également été enrichie pour favoriser la mobilité des enseignants dans les universités partenaires. Ils peuvent suivre des cours de langue réguliers ou s’inscrire à des stages intensifs. Des ateliers de conversations leur sont également réservés au CRL. Depuis deux ans, l’université finance enfin la formation de tous les personnels administratifs, pour l’anglais de la vie courante par exemple.


En chiffres

20 000 heures de cours de langues par an
88 enseignants
13 enseignants-chercheurs




Certifications en langues : les dangers de l'uniformisation

À partir de la rentrée 2021, une certification en langue anglaise décernée par un organisme privé sera indispensable pour obtenir une licence. Une remise en cause de la notoriété des diplômes universitaires ? C’est l’avis de Michel Martinez, directeur du Département des langues et civilisations de l’université, qui pointe des risques de dérives.


Universit� Toulouse 1 Capitole
En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies